La maison est située à Coves Noves, au nord-est de l’île de Minorque, en Espagne, sur un terrain de 2600 m².

Toute l’urbanisation est construite sur une pente qui donne à chaque maison une vue imprenable sur la mer. Cependant, cette parcelle spécifique, située au sommet, offre également une belle vue sur Monte Toro, la plus haute montagne de l’île. Cette vue intérieure est en outre protégée des développements ultérieurs car elle est classée zone verte protégée.

Le programme du client comprenait 5 chambres, un garage, une piscine et un vif désir de pouvoir profiter à la fois des paysages de mer et de montagne. En réponse à cette exigence, nous avons créé une longue plate-forme qui a rapidement été surnommée «le podium» et qui relierait les deux vues. Cette plate-forme a été conçue comme un espace extérieur qui abriterait les espaces communs les plus importants (salon et salle à manger) et pourrait être protégée du vent par le biais de fenêtres coulissantes invisibles. En fait, la maison était conçue comme une maison d’été dans un climat local où les gens passent le plus clair de leur temps à l’extérieur.

De plus, cet élément linéaire concret crée une scission entre le jour et la nuit. Des deux côtés, une grille de 3 x 3 m organise un ensemble d’unités pixélisées contenant des services et des chambres; certaines avec balcon, d’autres avec accès direct au jardin. La scission du programme en unités plus petites a rendu la maison moins massive et plus intégrée au paysage. Cette fusion de l’architecture et de la nature est encore accentuée par un vide qui se creuse sous la maison et évite ainsi de bloquer les connexions visuelles.

La passerelle s’oppose aux zones de nuit et de service intimes, se répandant ainsi dans le paysage avec un toit en porte-à-faux de 5 m.

C’est également à partir de là que l’on peut atteindre toutes les pièces et où se déroule une grande partie de la vie quotidienne sans jamais perdre le lien entre les deux vues principales. De chaque côté de la passerelle, de grandes portes coulissantes peuvent ouvrir complètement l’espace et créer une passerelle de 28 m de long qui, dans notre projet initial, se terminait par une piscine à débordement vers la mer. Afin de renforcer davantage l’ouverture de cet espace, le plafond a été élevé afin que davantage de lumière du jour puisse entrer. Une sensation de légèreté a été obtenue grâce aux tangences entre les volumes.

La sensation de légèreté du toit sans colonnes est obtenue grâce à deux poutres en acier vierendeel de 1,2 m de haut encastrées dans du béton, qui s’appuient sur des consoles en acier dissimulées. Le vol stationnaire apparent du toit ainsi que les strictes tangences entre tous les volumes donnent l’impression d’un assemblage équilibré de pixels suivant la pente naturelle du terrain.

Afin de maîtriser les coûts de construction, des matériaux simples locaux tels que des blocs de béton et du plâtre blanc ont été utilisés pour la façade.

Photos : Adrià Goula

www.nomostudio.eu

Partager