L’art tisse sa toile

Site de vente d’œuvres d’art sur Internet, ventedart.com est à la fois une véritable galerie en ligne et une plateforme unique de services à destination des collectionneurs et des artistes. Pour les fondateurs de ventedart marque du groupe Webdiginet le choix d’Hugo Gaspard en tant que directeur des opérations était une évidence. Il nous présente ce concept innovant qui privilégie la dimension humaine des échanges, sans jamais oublier la notion d’émotion inhérente à l’art.

Quelle est l’origine de ce projet ?

Hugo Gaspard : L’évolution du marché de l’art contemporain qui s’est considérablement mondialisé. Aujourd’hui, les collectionneurs en quête de nouvelles œuvres n’hésitent plus à utiliser les nouveaux médias pour dénicher les pièces qui viendront enrichir leur collection. En tant que journaliste spécialisé en art contemporain, j’ai côtoyé pendant vingt ans les grandes figures de la scène internationale, mais aussi accompagné l’émergence de nouveaux talents qui n’avaient jusqu’alors peu ou pas de visibilité sur le marché traditionnel. Régulièrement, beaucoup de lecteurs nous contactaient pour savoir où ils pouvaient voir et acheter ces œuvres. ventedart.com va leur offrir cette visibilité et un véritable gain de notoriété, en s’appuyant sur tous les outils de communication à notre disposition, et notamment sur Artravel, qui est l’un de nos partenaires privilégiés.

Que répondez-vous à ceux qui craignent l’Ubérisation du monde de l’art ? 


Hugo Gaspard : Le monde change. Le concept que nous mettons en place aujourd’hui sera une évidence dans cinq ans. C’est une chance formidable de pouvoir mettre en lumière, sans frontière, des artistes ultra talentueux mais méconnus et de rendre accessible au plus grand nombre d’autres qui sont déjà cotés. Le but n’est pas de détruire le modèle existant mais d’en créer un nouveau qui réponde aux nouvelles attentes du marché. Aujourd’hui, les galeries qui ont pignon sur rue ne suffisent plus. Pour tous ces petits collectionneurs qui parfois n’osent pas franchir la porte d’une galerie, le web est un bon moyen d’accéder à cet univers, en toute légitimité. On ne peut pas éternellement se comporter comme un petit village gaulois qui résiste aux changements. Il faut évoluer. Notre galerie est ouverte 7/7, 24/24, avec une visibilité mondiale. Quel que soit l’endroit où ils se trouvent, nos clients deviennent nos meilleurs ambassadeurs, en offrant à nos artistes une exposition unique au cœur de leur intimité, sur les murs de leur maison, et en partageant avec leurs proches, l’émotion que l’œuvre leur procure.

Quel budget faut-il pour acquérir une œuvre sur Ventedart ?


Hugo Gaspard : Nous nous positionnons sur le middle market en présentant des œuvres allant de 3 000 à 100 000 €, toutes authentifiées et certifiées. C’est un choix délibéré qui n’est pas grand public, nous en sommes conscients, mais sincèrement, il faut être fidèle à ses convictions. On ne peut pas avoir des œuvres à 200 € en tirages multiples au même niveau que des pièces uniques à 50 000 €. Là, nous serions dans l’Ubérisation vulgaire et destructive.

Qui sont les artistes que vous représentez ?

Hugo Gaspard : Notre catalogue est international, hétéroclite et réunit des artistes dont le discours, le parcours et le travail nous ont touchés, comme L’Atlas, Tanc, Yassine Yaze Mekhnache, SUN7 (SUNSET), Pascal Bernier, Philippe Pasqua, b.  Thisismybword, Richard Bellia, Benjamin Renoux, Alexandre Nicolas, Nicolas Rubinstein, ANTÒ Fils de PopMaxime Lhermet, La Fratrie, Philippe Perrin, Michel Soubeyrand ou Lionel Bayol-Thémines. D’autres sont en train de nous rejoindre. L’objectif est de travailler avec une vingtaine d’artistes pour répondre à leurs attentes et s’investir à leurs côtés avec disponibilité et professionnalisme.

Comment avez-vous réussi à les convaincre d’intégrer votre galerie ?

Hugo Gaspard : Ils ont été séduits par le panel de services que nous leur proposions. Si la vente est dématérialisée, la relation avec l’artiste, elle, ne l’est pas, bien au contraire. Nous effectuons un vrai travail de proximité et d’accompagnement. D’un point de vue pratique, l’autre avantage, c’est la souplesse et la sécurité. Les artistes conservent leurs œuvres dans leurs ateliers, et celles-ci ne transitent par notre plateforme que lorsqu’elles sont effectivement vendues. Nous gérons le conditionnement et les envois sécurisés via un service de transporteurs spécialisés.

Le fait d’une galerie en ligne n’est il pas un frein à ce travail de proximité et d’accompagnement dont vous parlez ?

Hugo Gaspard : Non. Car au-delà de la visibilité permanente des artistes, nous allons sans cesse créer du lien. Avec notre clientèle, qui pourra entrer facilement en contact avec nous, pour obtenir des précisions sur les modalités d’achat ou des informations complémentaires sur les œuvres. Mais aussi entre les artistes et nos clients, à travers une série de rendez-vous que nous allons organiser, comme des dîners en ateliers qui vont permettre aux collectionneurs de mieux comprendre le travail de l’artiste et d’admirer ses œuvres in situ. Parallèlement, nous organiserons chaque mois une exposition éphémère en ligne qui dévoilera une douzaine de pièces uniques et/ou en série limitée numérotée, spécialement créées pour ventedart.com. Chaque exposition bénéficiera d’un vernissage physique dans un lieu unique et atypique, qui sera parfaitement adapté au travail de l’artiste et non l’inverse.

Quelle sera la première exposition ?

Hugo Gaspard : ANTÒ Fils de Pop démarrera le programme des expositions avec sa série L’art sacré corse jusqu’à l’été. Suivront Maxime Lhermet, avec une série de peintures réalisées sur des capots de Ferrari qui rend hommage aux grandes heures de la Souderai ; puis Alexandre Nicolas, qui dans la lignée de ses créations sur les Super-Héros, va produire en exclusivité pour ventedart.com, les Fashion Babies, une série de sept pièces uniques réalisées selon sa technique d’inclusion dans du cristal de synthèse, et à l’image des icônes de la mode que sont Anna Wintour, Yves Saint Laurent, Coco Chanel, Karl Lagerfeld, Jean-Paul Gaultier, Marc Jacobs ou John Galliano.

En quels autres points vous démarquez-vous ?

Hugo Gaspard : Nous avons fait le constat que certains collectionneurs qui souhaitaient faire vivre leur collection en se séparant de certaines œuvres, ne savaient parfois pas comment s’y prendre. L’idée avec nos collections privées, c’est d’apporter une vraie alternative aux ventes aux enchères qui impliquent tout un tas de contraintes, en nous positionnant comme intermédiaire entre le collectionneur vendeur et l’acheteur. Un grand nombre de collectionneurs nous font d’ores et déjà confiance. Le portail sera accessible en septembre. Enfin, régulièrement, nous allons également initier, en toute discrétion, des ventes d’œuvres rares et prestigieuses, réservées à une clientèle identifiée et personnellement alertée pour des événements où elle pourra acquérir des œuvres exceptionnelles signées Jean Michel Basquiat, Jean Dubuffet, Niki de Saint-Phalle ou Andy Warhol.

Comment l’acheteur pourra-t-il s’assurer de l’authenticité de ces pièces ?

Hugo Gaspard : Toutes les œuvres qui transitent par notre plateforme sont contrôlées, expertisées et authentifiées par notre équipe d’experts réunie autour du marchand d’art Cédric Calmels et composée de professionnels du monde de l’art et de commissaires-priseurs.

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Hugo Gaspard : L’idée c’est de fédérer un vrai réseau de collectionneurs et d’amateurs autour de notre passion commune pour l’art. Et créer de l’émotion en s’appuyant sur la diversité et la richesse de la création contemporaine.

iMac with "Walking Micky" - Nicolas Rubinstein

ventedart.com