Planète Jane

Le chef triplement étoilé Sergio Herman et son ancien second de cuisine, Nick Bril, s’offrent les murs d’une ancienne chapelle d’Anvers pour célébrer leur nouvelle carte dans un style explosif bien loin de l’atmosphère calfeutrée de la haute gastronomie.

En 2002 le restaurant Parkheuvel de Rotterdam ouvre la brèche en obtenant pour la première fois au Pays-Bas, trois macarons au Guide Michelin. Une consécration pour (presque) tout un corps de métier qui œuvre sans cesse à perfectionner l’art culinaire et la haute gastronomie. Une seconde table rafle deux années plus tard le suprême trophée – De Librije à Zwolle – et d’entériner au passage tout le talent du petit pays du nord qui cumule les récompenses dans la galaxie ô combien convoitée de la restauration. De son côté, Sergio Herman est aux cuisines de l’excellent Oud Sluis (dans la ville de Sluis justement). En moins de cinq années, le jeune homme d’Oostburg obtient sa première étoile. Nous sommes en 1995 et le cuisinier est déjà remarqué pour son talent très prometteur. Avec toute sa constance et sa détermination, Sergio Herman maintient le cap pour finalement pousser Oud Sluis vers sa deuxième étoile en 1999 puis la troisième en 2006. Il entre ainsi dans la sphère ultra privilégiée des grands. Des très grands. Il décide pourtant de quitter le petit club privé des chefs étoilés de trois macarons et, en juin 2013, annonce son retrait de la course ; Oud Sluis fermera à la fin de cette même année.

Nick Bril a commencé dans les cuisines d’un petit restaurant à l’âge de 14 ans. De son propre aveu, le jeune garçon n’avait alors aucune expérience en la matière, et pourtant la vocation, et sans doute un peu de talent, le rattrapent et le poussent vers une école hôtelière à Bruges. Après trois années sur les bancs de l’école et quelques stages dont un chez De Librije, Nick est admis chez Oud Sluis auprès de Sergio Herman, avec lequel il reste trois années durant. S’il repart neuf mois, c’est pour vivre les heures exaltantes de l’ouverture d’un grand restaurant ailleurs. Puis le jeune homme revient à nouveau à Oud Sluis en tant que second de cuisine.

L’aventure peut alors commencer. Depuis, les deux hommes ne se sont plus quittés. Tant et si bien que la fermeture programmée du restaurant Oud Sluis ne cache rien d’autre qu’un autre projet. Une « vision rock’n’roll de la restauration », professent les deux compères. Et pour imaginer le concept d’un restaurant gastro-rock, c’est à l’agence Piet Boon qu’ils ont fait appel. Niché au cœur de la chapelle d’un ancien hôpital militaire, le Jane, comme il est nommé, a en effet tout pour intriguer. Comme un bâtiment de belle facture propulsé dans un lointain futur, le Jane projette ses invités au cœur même des sens. Ainsi, tous les éléments ont été dessinés sur mesure pour coller à la philosophie des lieux : uniformes signés G-Star, fenêtres tatouées par le Studio Job, gamme d’accessoires produites par le designer Michaël Verheyden, couteaux signés Tomer Botner et Galia Tammuz pour les tasses…

Le travail est soigné et s’attache à tous les détails attirant l’œil dans tous les sens et recoins d’un bâtiment pour le moins majestueux. Une grandeur somptueusement célébrée par la suspension gigantesque (de 800 kilos) que les créateurs libanais de PSLAB ont spécialement dessinée pour le Jane. Elle domine la pièce comme l’explosion stylisée d’une comète qui éclaterait au contact d’une autre planète, propulsant ses parties dans une effervescence jouissive.

thejaneantwerp.com

 

A propos de l'auteur

Fabienne Dupuis
Journaliste
Google+

Membre de l’équipe d’Artravel depuis ses tous débuts, Fabienne est journaliste spécialisée dans les domaines du voyage, design, architecture et art de vivre. Passant le plus clair de son temps à parcourir le monde, Fabienne apprécie tout autant les aventures sur de longues routes poussiéreuses que le confort raffiné de quelques adresses confidentielles. Ses armes ? La littérature européenne du XIXème siècle, des écrits sur l’art et les voyages ou encore quelques publications géopolitique… mais surtout une inlassable curiosité qui lui permet de renouveler ses sources d’inspiration. Après dix années passées à Londres, Fabienne vit aujourd’hui à Paris. Fabienne Dupuis contribue entre autres aussi aux pages du news magazine en ligne de langue anglaise, YourMiddleEast.com.