Comment réunir deux familles sous un même toit tout en offrant à chacune sa propre intimité ? Telle était la problématique imposée au Studio Toggle, agence d’architecture – installée à Porto et au Koweït – fondée en 2011 par Hend Almatrouk et Gijo Paul George. The House in Mishref, sur quatre niveaux, abrite en effet les deux familles de deux frères aux styles de vie différents. Aussi, le studio d’architecture a imaginé deux unités d’habitation séparées et réunies autour d’une même cour intérieure, bordée d’agrumes et pourvue d’une fontaine sculpturale. Si l’organisation des volumes correspond au besoin de dissocier les logements des familles, elle répond aussi aux préoccupations locales : la ville est l’une des plus chaudes au monde et elle subit également nombre de tempêtes de sable. « Le défi était de répondre à ces contraintes et de définir des stratégies de conception optimisées sans augmenter le budget », précisent les architectes.

Depuis cette rue, dans la zone résidentielle de Mishref au Koweït peuplée de maisons individuelles de deux à trois étages, la demeure montre une façade monolithique blanche, rythmée par des fenêtres avec des persiennes allégeant visuellement le volume. Autour de la cour en revanche, le bâtiment en U se pare d’une pierre omanaise, avec de nombreuses ouvertures protégées par des persiennes qui filtrent la lumière et assurent l’intimité. Chaque habitation se fait face, « avec un grand escalier suspendu, clé d’une promenade architecturale traversant les étages, offrant des points de vue et une facilité d’accès », détaille le Studio Toggle

À l’intérieur, place est faite à de vastes espaces d’une élégante sobriété. Les couleurs claires s’associent au bois blanc, au bois naturel, à un mobilier contemporain contrasté ; les courbes des escaliers en colimaçon viennent, elle, adoucir les lignes droites des volumes. Tournée vers l’intérieur, la maison jouit, partout, d’une atmosphère sereine. Un havre de tranquillité dans cette banlieue animée.

www.joaomorgado.com

Studio Toggle

Photos : © João Morgado

Partager