Le cas Omerta

Agence de design et de gestion d’espace, le Studio Omerta a fait le vœu très pieux du silence. Une curiosité dans un monde où le bruit et les flux incessants dominent. Laissant œuvrer le succès de ses réalisations pour lui, le Studio Omerta fait donc le sourd pour mieux se faire entendre. Zoom sur une agence vraiment pas comme les autres.

Il y a quelque chose d’un peu mystérieux qui entoure l’agence de design d’Athènes, le Studio Omerta. Est-ce le manque d’informations sur l’agence et l’équipe qui la dirige… ? Cela y contribue sans doute un peu. D’autant que si vous vous rapprochez d’eux pour essayer de soulever le voile, la porte se ferme presque aimablement… Mais peut-être ce silence n’est-il là que pour mieux mettre en lumière un travail reconnu pour son incontestable qualité, depuis déjà quelques années. Qu’importe donc de savoir finalement qui se trouve derrière le masque de Darth Vader si joliment affiché sur le site de l’agence.

Oui des créations, nous pouvons parler. Réalisations d’objets ou travaux d’intérieur, le Studio Omerta semble faire mouche à chaque coup qu’il porte. Et déjà à la griffe de se faire. Avec dans les dominantes de couleurs, du blanc, du noir et du gris, comme dans cet appartement Skyfall où le Studio Omerta a joué d’une mise en scène les plus sombres pour mettre en lumière une pièce de vie devenue un véritable cabinet de curiosités, très organisé. On en oublierait presque l’Acropole au loin qui semble gesticuler pour essayer de regagner les attentions qui lui sont usuellement portées. Mais rien n’y fait. Comme dans la salle d’un musée, où la scénographie a été soigneusement orchestrée, le salon, ses matières – du cuir, du métal – et surtout la mise en lumière du moindre espace ou objet, attirent comme un morceau de fer sur son aimant.

Le lieu ne pourrait être qu’illusion si le Skyfall n’était qu’exception. Mais il n’en est rien. Avec une petite batterie de projets en poche, le Studio Omerta signe déjà une belle promesse. Celle de la fonction d’abord, qu’il remet au cœur de son ouvrage, préférant au fond celui de la forme seule. Mais aussi, celle de l’humour, que le Studio aime à glisser dans ses réalisations les plus sobres, injectant au passage, un peu de chaleur dans ces lignes parfois un peu austères. Encore, et peut-être est-ce là aussi un engagement, celui de l’humilité, un aveu de fragilité susurré du bout des lèvres ? Comme ces photographies ou ces peintures accrochées aux murs des appartements – Skyfall, M22a ou The Edge – et qui semblent briser, par le sujet traité ou leur forme, ce raffinement d’apparat ? Un raffinement tout entièrement bâti sur une construction assumée. Celle de la géométrie et des lignes fusées qui n’échappent à aucun détail.

Si les intérieurs du Studio Omerta en sont déjà la preuve palpable, les quelques objets qu’ils ont déjà produits sont là pour convaincre les plus dubitatifs. Manta, Minautor et Chloé sont autant de signes d’une quête de maîtrise et perfection que l’on reconnaît déjà aux intérieurs du Studio Omerta qui malgré – ou grâce à – son silence, fait beaucoup parler de lui.

www.studiomerta.com

A propos de l'auteur

Fabienne Dupuis
Journaliste
Google+

Membre de l’équipe d’Artravel depuis ses tous débuts, Fabienne est journaliste spécialisée dans les domaines du voyage, design, architecture et art de vivre. Passant le plus clair de son temps à parcourir le monde, Fabienne apprécie tout autant les aventures sur de longues routes poussiéreuses que le confort raffiné de quelques adresses confidentielles. Ses armes ? La littérature européenne du XIXème siècle, des écrits sur l’art et les voyages ou encore quelques publications géopolitique… mais surtout une inlassable curiosité qui lui permet de renouveler ses sources d’inspiration. Après dix années passées à Londres, Fabienne vit aujourd’hui à Paris. Fabienne Dupuis contribue entre autres aussi aux pages du news magazine en ligne de langue anglaise, YourMiddleEast.com.