Springhill House est une habitation privée conçue pour un auteur et un directeur artistique à la recherche d’un changement d’arbre après avoir vécu dans la banlieue de Melbourne.

Le logement s’inscrit dans un projet plus vaste de réinventer et de revitaliser un enclos sous-travaillé en un lieu d’habitation, de connexion et de réflexion. Le projet explore la création de lieux dans un vaste cadre rural et soutient la notion selon laquelle une habitation a des fondements émotionnels et une mémoire intrinsèques à sa forme physique construite.

La forme du bâtiment prend ses repères dans les archipels de foin qui jonchent le paysage australien plus large. Ces silhouettes stoïques, couvertes mais ouvertes de tous côtés, sont portées par les conventions agricoles et par la nécessité rationnelle. Ils rappellent souvent les idées de frontière et d’abri présentes dans la psyché australienne. Tout comme un hangar à foin, le toit de l’habitation s’étend au-delà des formes fermées, créant des espaces protégés et flexibles autour de la majeure partie du périmètre du bâtiment. Soutenu par une série de portiques en bois lamellé-collé, le toit définit les zones d’habitation de l’étendue au-delà sans arbres et herbeuse.

Les matériaux de Springhill House ont été sélectionnés pour leurs qualités robustes et utilitaires. De grandes tôles galvanisées sont fixées à la couche extérieure du bâtiment et constituent la principale source de protection contre les intempéries.

En interne, la circulation typique est supprimée du plan et les espaces se chevauchent pour former un double objectif. L’espace de vie est organisé au nord et à l’ouest avec vue sur l’affleurement de granit et exploite la chaleur du soleil d’hiver. Cet espace commun peut rester ouvert et flexible ou être fermé par un rideau pour créer un salon ou une chambre d’amis calme. La chambre principale est orientée à l’est de l’habitation pour capturer le soleil levant et une vue imprenable.

Tout au long de ce projet, chaque détail de la conception est abordé en tenant compte de la longévité, de la valeur et de la beauté. La structure en bois est à la fois nécessaire et fournit une couche rythmique à la façade. L’acier sur mesure orne les tables de travail internes pour offrir un éclat de couleur et une surface durable. Ces éléments et ces proportions se combinent pour donner à la demeure une compréhension de la taille humaine.

Photographie : Benjamin Hosking   

www.lovellburton.com

 

Partager