Classée récemment parmi les jeunes agences les plus prometteuses, l’agence italo-germanique MDDM – comprenez Margret Domko et Momo Andrea Destro, les co-fondateurs de l’agence – installée à Beijing, dévoile aujourd’hui sa maison Great Wall 1. Entretien avec Momo Andrea Destro. 

 

 

Comment êtes-vous arrivé à l’architecture ?

Momo Andrea Destro : Lorsque j’étais enfant, ma grand-mère et moi nous promenions toujours dans les montagnes et là, tous les étés, venait un homme entouré d’assistants et d’étudiants. C’était Giovanni Michelucci, l’un des plus grands architectes italiens du siècle dernier. Son aura, ses façons de vieux philosophe m’ont immédiatement fasciné et encore plus lorsque j’ai compris qu’il parlait surtout de choses très pratiques comme fixer une étagère ! Je crois que mon sort s’est scellé ainsi.

Parlez-moi un peu de vos années d’apprentissage…

Momo Andrea Destro : J’ai obtenu mon diplôme en 2006 à l’université de Florence. Pour mon mémoire de fin d’études, j’ai collaboré avec le Professeur Casamonti, sur des solutions alternatives aux immeubles dans les pays en développement. Après mon diplôme, j’ai travaillé dans son agence, Archea Associati, d’abord à Florence, puis à Beijing en tant qu’associé. Quelques années plus tard, avec Margret, nous avons ouvert notre agence à Beijing. Margret a, de son côté, étudié et travaillé en Allemagne puis à New York et enfin chez ZAO/standardarchitecture.

 

 

Comment avez-vous débuté le projet Great Wall 1 ?

Momo Andrea Destro : Pour notre premier rendez-vous, nous nous sommes retrouvés sur place avec le client et nous avons échangé sur l’architecture, l’art et la culture chinoise. Puis nous avons visité le site et lorsque nous avons vu la vieille maison de pierres, cet ancien entrepôt de fruits, nous avons saisi toute sa valeur et son potentiel.

 

 

Quels sont les matériaux que vous avez utilisés pour ce projet ?

Momo Andrea Destro : Nous souhaitions conserver le mur de pierres, à l’inverse de ce qui se fait habituellement en Chine où les anciennes constructions sont rasées pour ériger de nouvelles à leurs places. Nous voulions conserver la mémoire de cet espace. Le reste de la palette des matériaux devait alors être aussi neutre que possible ou tout du moins contraster avec mesure. C’est ainsi que vous voyez aujourd’hui les murs blancs très simples de la chambre, des sols de ciment et la nouvelle structure de béton du toit laissée visible. Quelques éléments de bois ont été ajoutés pour apporter un peu de chaleur tandis que l’unité de cuisine et la cheminée, toutes les deux noires, sont ici pour apporter un contraste fort.

 

 

Quelles ont été les difficultés rencontrées sur ce projet ?

Momo Andrea Destro : Le bâtiment se trouve dans une zone rurale juste en dehors de Beijing et est entièrement construit par une équipe de cette région. Même si nous avons des matériaux et une construction simple, la plupart des choses de ce projet a été construite pour la première fois par cette équipe. Le genre d’architecture, le niveau de précision furent souvent un énorme défi.

 

 

Qu’en est-il de l’aspect écologique du projet ?

Momo Andrea Destro : Parce qu’elle est à moitié sous terre, la maison a une très bonne performance thermique et son toit végétalisé lui assure une excellente isolation. Les fenêtres sont haute-performance et nous avons pris la décision d’installer un poêle à pellets qui a la capacité de chauffer les deux espaces, nouveaux et anciens, efficacement.

 

 

www.mddm-studio.com

Photos: © Jonathan Leijonhufvud

 

 

   Retrouvez l’article complet dans notre Artravel n°88 : Été Indien

Disponible sur notre boutique– 12 € (frais de port compris)

Partager