Saisissant belvédère sur la mer

Dans les Cyclades, cette vaste résidence privée, réalisée par Galal Mahmoud, s’impose comme une maison de vacances chic et authentique. Pour ses propriétaires, collectionneurs d’art contemporain, l’architecte franco-libanais a créé, partout, des perspectives sur la mer et ses îles. En octobre dernier, ils nous ont ouvert les portes de leur refuge au charme inouï. Cap sur Mykonos.

Un site à couper le souffle, avec des pano- ramas sur la mer et ses camaïeux de bleus, sur les îles de Délos et Rínia et parfois même sur Naxos au loin… Sur les hauteurs de l’île, au sud-ouest, cette résidence privée évolue dans un environnement d’exception, à quelques kilomètres seulement du centre ville de Mykonos. Lorsque les propriétaires ont acquis ce terrain d’environ 5 000 m2, des vestiges de maisons occupaient l’endroit. Pour transformer le lieu en une somptueuse villa de vacances, ils ont fait appel à leur ami Galal Mahmoud, architecte franco-libanais fondateur du cabinet GM Architects à Beyrouth et Abu Dhabi, associé à Randa Chahine, Anwar Hajj et Elie Waked. Pour l’architecte, travailler à Mykonos revêt une dimension particulière. Il aime profondément cette île des Cyclades où il séjourne régulièrement avec sa famille. Et ce, depuis plus de quarante ans même ! Aussi, imaginer cette vaste demeure était-il un bonheur. Tout en conférant à la maison une élégante contemporanéité, il s’est largement inspiré de l’architecture vernaculaire du pays pour bâtir son projet, en étroite collaboration avec ses clients amis, et avec l’architecte grec Andreas Vassilaros pour le permis de construire et le suivi des travaux. Afin d’être fidèle aux traditions de l’île, il a essentiellement fait appel à des artisans et fournisseurs locaux qui ont utilisé des matériaux de la région, limitant également l’empreinte écologique du projet.

Lorsque l’on pénètre au sein de la propriété, cette identité transparaît. La maison en pierre claire et en ciment immaculé montre en premier lieu des façades presque fermées. À l’étage, entre deux bâtiments, un jeu de claustras et de pergolas en teck ajoute de la matière, mais surtout protège les espaces extérieurs du vent, très fort ici en été. De l’autre côté, face à la mer, Galal a percé au maximum les intérieurs pour les ouvrir sur des terrasses suivant le dénivelé du terrain. Des chambres en suites à l’étage ou au niveau inférieur, des pièces de vie au centre, chaque coin jouit de sa terrasse, réduisant ainsi la frontière entre le dedans et le dehors. Ces multiples terrasses sont de véritables lieux de vie pensés pour différents moments de la journée : relaxation, bain, repas, détente entre amis, etc. Sans oublier la contemplation, essentielle ici. Car la richesse de l’adresse, c’est son panorama prodigieux sur la mer Égée et ses îles, depuis chaque volume, depuis chaque allée, depuis chaque piscine… Deux bassins à des niveaux différents ont en effet été conçus : l’un pour nager, l’autre pour se prélasser. Même un long couloir d’eau entoure la maison à l’arrière et invite à la sérénité…

À l’intérieur, les zones à vivre communiquent les unes avec les autres sans se mêler totalement. La cuisine en bois et granit de la marque Arclinea voisine avec la salle à manger au plafond arrondi, évoquant les chapelles de l’île – une caractéristique architecturale que l’on distingue également dans certaines chambres et salles de bains. La table en bois massif avec des pieds courbes en métal a été dessinée par l’architecte, tandis que les chaises Softshell sont designées par Ronan et Erwan Bouroullec (Vitra).

La pierre sur le mur réchauffe l’espace immaculé et donne de l’épaisseur au projet. Si le bois et le ciment blanc sont très présents, la pierre naturelle marque également sa présence et revêt plusieurs aspects : pierre mate du nord de la Grèce au sol se prolongeant à l’extérieur avec une finition différente, marbre de Tinos, de Carrare… Le mobilier joue la carte de la sobriété ; quelques notes de bleu rythment le décor ; l’art contemporain, omniprésent, à l’intérieur mais aussi à l’extérieur, se charge d’animer les espaces. Avec des œuvres éclectiques plutôt colorées et joyeuses joliment mises en scène. Galal a aussi intégré une foule de détails réinterprétant les codes du langage de l’île, à l’image des caissons de bois au plafond, d’un escalier blanc avec des inserts de galets noirs, des représentations du fameux œil porte-bonheur, etc. Une maison de rêve hors du temps qui convie au voyage et au dépaysement total…

www.gm-architects.com


   Retrouvez l’article complet dans notre Artravel Hors-Série : Hors-Série Méditerranée

Disponible sur notre boutique– 12 € (frais de port compris)

Partager