L’agence russe KDVA dévoile son nouveau projet de résidence : la maison WH1. Une réponse moderne aux sublimes paysages des îles grecques.

 

Corfou… Ithaque… Des noms dont la seule évocation fait se précipiter les images suggestives d’une Grèce poétique, en bleu et blanc, frappée par les rayons du soleil qui ne semblent jamais tout à fait la quitter. C’est justement pour l’une de ces îles ioniennes que les architectes russes de l’agence KDVA ont imaginé un projet de résidence.

 

Une habitation élégante de 320 m2 , conçue pour une famille, et déployée sur un seul et unique étage. Encadrée d’un large mur qui parcourt entièrement son enceinte, la maison WH1 est le véritable repaire de vacances imaginées sous le soleil. Évidemment. Seule concession faite par cette enceinte fermée, une embrasure assez large pour laisser les regards s’étendre sur les eaux de la mer au loin. Vue faussement privée, la sensation exquise d’exclusivité est pourtant saisissante, semblant laisser la totalité de la mer Ionienne aux seuls yeux des hôtes ! Dans la prolongation de ce bâtiment si délicatement effilé, un garage ouvert qui abrite deux automobiles, prêtes à transformer l’immanence du paysage en une bordée conduite à toute allure. Mais l’heure n’en est pas encore là. C’est à la maison WH1 de se dévoiler encore un peu… Son entrée d’abord, avec son long couloir impeccablement bardé de placards, qui mène vers la large pièce de vie et son salon, inscrit en fosse, qui rompt un peu avec l’impeccabilité linéaire de l’espace.

Cuisine, salle à manger emboîtent alors le pas avant de pénétrer dans l’espace réservé aux invités, leurs chambres et sa salle de bains, un sauna et encore des espaces de rangements, tellement précieux. Un peu plus loin, on pénètre dans la seconde partie de la maison. La WH1 contient là deux chambres, une salle de bains, qui s’ouvrent vers la piscine et ses espaces verts prédestinés au repos ou aux jeux, alors que, plus loin, un jardinet permet à quelques fleurs de venir colorer cette maison si sobrement moderne. Pour les matériaux, les architectes ont fait le choix d’une gamme brute ou naturelle. Ce seront ainsi au bois, au verre, au métal et à quelques murs enduits de créer une atmosphère immanquablement contemporaine. Une géométrie, parfaite, maîtrisée, qui s’oppose directement à son environnement laissé dans son apparat le plus pur et sauvage. Une rigueur formelle que seul le jeu de lumière, développé par les architectes, vient doucement contrarier pour apporter profondeur et caractère aux matériaux et lignes décidemment bien droites. Et c’est par cette profondeur même que la boucle du projet semble enfin se terminer. Comme le dernier coup de pinceau à sa toile, devenue soudainement vivante, prête à s’enfoncer dans le calme de la vie de la mer Ionienne.

www.kdva.co