Le trait pur

Design léché, agencement spatial millimétré… Visite de la maison Piano, dessinée par l’agence d’architecture moldave Line.

Si la fiche de présentation de Dmitrii Petrov est peu diserte, elle en dit pourtant long. Adepte de l’épure, disciple du minimalisme et fidèle de la simplicité, le jeune architecte, diplômé de l’université technique de Moldavie, semble préférer la frugalité à la duplicité d’une surenchère paradeuse. À quoi servirait-il donc d’ajouter un trait lorsque tout est dit ? Mais au-delà de ce design parfois austère, se dévoile aussi un style affirmé, masculin et fermement rigoureux. Si le trait est court, c’est qu’il répond à une loi rationnelle.

Dans le design de Dmitrii Petrov, tout sert. Son architecture est méthodique. Mathématique. La charte une fois énoncée, le travail de Petrov semble alors comme plus accessible. Cette maison résidentielle est inscrite au cœur d’un quartier. Petrov ne dessinera qu’un seul étage qui permettra à la Piano, circonscrite, de vivre loin des regards. Et, puisqu’il le faut, la maison dessinée en parallélogramme, couvrira tout le site qui lui est attribué ou presque : soit 264 m2. À l’intérieur, Petrov y a glissé un petit patio avec une piscine.

“ Au-delà de ce design parfois austère, se dévoile aussi un style affirmé, masculin et rigoureux. ”

Le rêve absolu de la bourgeoisie pavillonnaire. Mais l’œuvre est ailleurs. Celui de ce dessin, bref et soigné, entre béton, bois et verre. Un béton d’abord épais, solide, peint de blanc, qui joue les rôles du toit et de la chape. Entre ces deux épaisseurs, Petrov a inséré de larges baies vitrées et quelques panneaux de bois qui couvrent certains murs. Transparence. Chaleur. L’équilibre est juste. Un équilibre poussé jusqu’au cœur de la maison. Là encore, l’architecte fait du moins pour le plus, n’utilisant que ses trois matériaux pour donner profondeur ici, luminosité là, ou encore texture, aspérités ailleurs. Avec cette palette concise, méthodique, Petrov compose un intérieur maîtrisé, ordonnancé, qui respire le soin et l’exigence, qui, comme une partition, est poussé dans tous les coins du projet. Les trois chambres d’abord et les pièces de bain ensuite respirent cette assurance, systématique, logique, cette épure, signature de l’agence. On y retrouve aussi ce blanc et du bardage de bois, enveloppant quelques pièces de design, comme le fauteuil Eames ou une baignoire îlot.

Puis ce sera au tour des pièces communes : la cuisine, son îlot de bois et d’inox et ses portes de rangement en acier poli, et enfin le salon et la salle à manger, élégamment habillés de noir et beige où trône, majestueusement, un piano à queue. Comme une évidence.

www.line-a.md


       Retrouvez l’article dans notre Artravel n°75 — Summer Issue


Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)

Partager