Reflets dans un œil d’or

L’architecte italien Peter Pichler dévoile sa vision de l’architecture sur site naturel : les maisons Miroir, ou comment intégrer un projet moderne et assumé en plein cœur des Dolomites italiennes…

À seulement 33 ans, on peut sans doute dire que Peter Pichler est un garçon plutôt prometteur. Né à Bolzano en Italie, le jeune homme se dirige le moment venu vers des études d’architecture qu’il poursuit à Vienne, puis aux Etats-Unis. Durant ses classes, il se frotte déjà aux plus grands du genre dont, entre autres, Zaha Hadid avec laquelle il collabore sur des projets de grande envergure dont les fameuses stations ferroviaires au cœur de la ville d’Innsbruck en Autriche, mais aussi, Rem Koolhaas à Rotterdam ou Delugan Meissl à Vienne. Son diplôme en poche, il rejoint à nouveau, pour quelques temps, les équipes de Zaha Hadid. Mais son destin est à l’évidence ailleurs et le jeune homme décide de rentrer en Italie pour y ouvrir sa propre agence.

Quelques compétitions et réalisations plus loin, l’agence Peter Pichler est déjà en passe de devenir l’une des plus en vue du moment. Pourquoi ? Parce que les réalisations et projets de l’agence, si elles sont encore peu nombreuses, dénotent d’une véritable aisance, rare chez un si jeune architecte. Est-ce sous l’influence de quelques grands que Pichler a croisés ? Qu’importe ! L’homme a su prendre la balle au bond et surtout assumer très vite une architecture complexe et ambitieuse.

Pour les maisons Miroir, le jeune Pichler confirme ses marques et son style. Situées dans les Dolomites du sud tyrolien, à Bolzano, les deux maisons sont la commande d’un propriétaire, installé dans une ferme rénovée des années 60 établie sur la même parcelle. Loin du caractère vintage de sa demeure, l’hôte souhaitait au contraire pouvoir offrir un hébergement luxueux qui présenterait un caractère fermement moderne, en rupture avec le paysage alentour.

Loin des images d’Épinal et autres chalets traditionnels, Pichler a donc besogné pour fournir une réponse contrastée. Construites en miroir, les deux demeures sont délicatement surélevées pour apporter une touche de légèreté aux structures, mais aussi offrir des vues appréciables à leurs résidents. Ouvertes vers l’est grâce à de larges baies vitrées, elles se referment graduellement, comme des parenthèses, pour finalement laisser place nette à la carapace d’aluminium noir qui prend alors le pas sur tout le reste des deux habitations. Plaquées sur les murs des façades ouest, des feuilles de glace (dotées d’une couche d’UV pour permettre aux oiseaux de ne pas s’y méprendre) permettent aux deux bâtiments de s’intégrer parfaitement dans le paysage qui s’y reflète élégamment. Le temps de quelques secondes, le tour de passe-passe fait son œuvre, offrant la promesse d’une nature dénuée de toute construction.

À l’intérieur, c’est la sobriété qui domine le salon, la cuisine, la salle de bains et la chambre que l’on trouve dans chacune des maisons. Du blanc et quelques opalins, inondés d’une lumière naturelle en provenance des lucarnes du toit, emboîtent ainsi le pas au vert des pâturages et aux pics millénaires des montagnes voisines.

Et au passage, à la maison d’instaurer ses principes de bienséance et de rendre avec grâce, la primauté des regards aux imperturbables Dolomites.

 

 

www.peterpichler.eu

A propos de l'auteur

Fabienne Dupuis
Journaliste
Google+

Membre de l’équipe d’Artravel depuis ses tous débuts, Fabienne est journaliste spécialisée dans les domaines du voyage, design, architecture et art de vivre. Passant le plus clair de son temps à parcourir le monde, Fabienne apprécie tout autant les aventures sur de longues routes poussiéreuses que le confort raffiné de quelques adresses confidentielles. Ses armes ? La littérature européenne du XIXème siècle, des écrits sur l’art et les voyages ou encore quelques publications géopolitique… mais surtout une inlassable curiosité qui lui permet de renouveler ses sources d’inspiration. Après dix années passées à Londres, Fabienne vit aujourd’hui à Paris. Fabienne Dupuis contribue entre autres aussi aux pages du news magazine en ligne de langue anglaise, YourMiddleEast.com.