Depuis près de dix années, l’agence espagnole Lucas et Hernández-Gil imagine des espaces sensibles et délicatement colorés. Petit aperçu d’un style très séduisant.

 

Lucas-casa-E7

Casa E7 – Madrid

 

Du contraste, des matières, des couleurs mais surtout un jeu incroyable avec la lumière qui se doit, comme une révérence faite au jour qui se lève, d’inonder les espaces sur lesquels Cristina Domínguez Lucas et Fernando Hernández-Gil travaillent. Créée en 2007, leur agence d’architecture, de décoration d’intérieur et de design graphique se concentre depuis à produire des idées innovantes. Quelque part entre « poésie, curiosité et intuition ». Une trilogie délicate dont le rendu est souvent taxé d’une forme de minimalisme, d’une épure qui dégage les espaces d’un surplus formel pour leur redonner leur véritable dimension. Car chez Lucas et Hernández- Gil, l’objet ne prend jamais le dessus sur l’espace. Il le transcende. Les espaces restent ainsi ouverts aux aléas de la journée et de la vie. L’impression est alors à la fraîcheur, à l’ouverture. Une forme de légèreté que l’on croise dans le projet E7, un petit appartement de Madrid anciennement privé de lumière et d’espace.

 

Aujourd’hui, le blanc immaculé des murs est arrosé de lumière naturelle, tandis que l’étroit couloir a, lui, été couvert d’ocre pour lui apporter cette clarté qui lui manque tant naturellement. Au sol, les vieux carreaux de cérame font aujourd’hui le bonheur de cet appartement qui semble célébrer ces formes orales avec candeur et spontanéité.

Dans le restaurant Bocadillo de Jamón y Champan, c’est aussi le naturel qui revient au galop. Le mélange des textures, des couleurs fraîches d’un été ensoleillé, apporte une profondeur de champ là où l’espace semble tant manquer, à une adresse pourtant dédiée au partage gastronomique.

Dans les couloirs du projet CC58, les architectes ont, là encore, fait le pari de l’ouverture. Des anciens bureaux d’avocats, il ne reste plus rien. Plus que le blanc et ces quelques nuances marqués par le marbre ou encore les bois très blonds qui parent les sols et même certains murs.

Une fois encore, les surfaces deviennent comme plus généreuses, printanières, célébrant les aires dans un jeu de détails à peine visible à l’œil. Car sous la légèreté de Lucas et Hernández-Gil, se cache le talent discret de créatifs ingénieux. Des systèmes d’air conditionné masqués, des sols radiants ou des LED camou és qui soutiennent dans sa tâche la lumière naturelle… Les détails se cumulent sans jamais entièrement se dévoiler. Là, dans l’Hotel Ayllón, le projet d’appartement 03 ou encore le H71, qui tous con rment, au travers de leur singularité, cette bienveillante poésie ambiante, si chère aux deux architectes. Gracieux, élégant, le style Lucas et Hernández- Gil procède de la métamorphose tranquille, des contrastes marqués mais discrets. Mais surtout, ils parlent du long travail et de la passion du dé pour rendre nos espaces toujours plus à vivre.

www.lucasyhernandezgil.com

 

 


Retrouvez l’article dans notre Artravel n°73 – Vintage et Bohème chic

Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)

A propos de l'auteur

Fabienne Dupuis
Journaliste
Google+

Membre de l’équipe d’Artravel depuis ses tous débuts, Fabienne est journaliste spécialisée dans les domaines du voyage, design, architecture et art de vivre. Passant le plus clair de son temps à parcourir le monde, Fabienne apprécie tout autant les aventures sur de longues routes poussiéreuses que le confort raffiné de quelques adresses confidentielles. Ses armes ? La littérature européenne du XIXème siècle, des écrits sur l’art et les voyages ou encore quelques publications géopolitique… mais surtout une inlassable curiosité qui lui permet de renouveler ses sources d’inspiration. Après dix années passées à Londres, Fabienne vit aujourd’hui à Paris. Fabienne Dupuis contribue entre autres aussi aux pages du news magazine en ligne de langue anglaise, YourMiddleEast.com.