Créée en 2001 par Darren Petrucci, l’agence américaine d’architecture A.I.R. développe son expertise sur une architecture résiliente et autonome. Une perspective de fond qui veut donner du sens à la construction. Visite. 

 

 

Si Darren Petrucci est aujourd’hui un architecte et concepteur de projets d’aménagement urbain de grande renommée, sa carrière avait pourtant pris un tout autre départ. Il est vrai que son père l’imaginait ailleurs et c’est tout naturellement, poussé par l’ambition qui n’était pas la sienne, que Darren Petrucci prit le chemin de l’université de médecine de Tulane, à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane.

Mais le destin avait, semble-t-il, choisi un tout autre chemin pour ce jeune homme qui, par un coup du sort – qui mêle tout autant une belle journée d’été que le désespoir d’un étudiant de son université qui se suicida ce jour-là du haut de la résidence universitaire – décide de changer de filière et d’entamer des études d’architecture. Discipline qu’il poussera jusque sur les bancs de Harvard où il obtient sa Maîtrise en Architecture et Aménagement Urbain. Et depuis, Darren Petrucci n’a jamais tout à fait cessé. D’abord parce qu’il a créé en 2001 sa propre agence, A.I.R.

 

Une agence construite sur trois axiomes, Architecture, Infrastructure et Recherches, qui montrent en trois mots les domaines d’études et d’intérêts de son agence. Ici donc, le savoir est une matière vivante qui évolue avec le temps et peut-être aussi les modes. Mais un savoir, quoi qu’il en soit, scientifique, qui remet en cause les usages pour pouvoir mieux les amender : ceux de la structure, ossement névralgique de l’architecture, et ceux de la recherche qui associe la théorie de l’art, sa mise en application et ses usages, anciens ou nouveaux, qui doivent pouvoir répondre aux besoins.

Il faut dire aussi que Darren Petrucci porte de fait deux chapeaux. Celui de directeur d’agence qu’il a créée, mais aussi celui de professeur de l’Ecole de design de l’Université d’Arizona, qu’il a par ailleurs dirigée de 2005 à 2012. Aujourd’hui donc, Darren Petrucci conduit sa carrière sur deux champs complémentaires qui se nourrissent l’un l’autre et développent de fait son rapport à l’architecture.

Qu’en est-il de ce rapport ? C’est d’abord un rapport contextué, installé dans la ville relativement jeune de Phoenix, et cet état, l’Arizona, dont le climat s’appréhende comme un véritable laboratoire d’expériences. Sans s’enfermer pour autant sur ce territoire seul, Darren Petrucci et son équipe peuvent d’ici entamer les études et recherches qui préoccupent leur métier, à savoir la complexité du contexte environnemental. Chaque site devient alors un terrain d’études, un corpus, qui pourra permettre de découvrir d’autres solutions et d’apporter des réponses concrètes aux clients qui, comme eux, s’intéressent à l’architecture. Une architecture moderne, bâtie dans sa relation à l’environnement et par extension dans son rapport au monde.

 

www.a-i-rinc.com

© Bill Timmerman

 

   Retrouvez l’article complet dans notre Artravel N°87

Disponible sur notre boutique– 12 € (frais de port compris)

Partager