Pour bâtir la Casa Lapa, près de Lima au Pérou, l’architecte Martin Dulanto a dû composer avec un terrain plutôt hostile. Il a relevé le défi tout en offrant à la villa de beaux volumes et une vue spectaculaire sur l’océan. 

 

Le district de Pucusana, au sein de la province de Lima, montre des côtes aussi fabuleuses qu’escarpées, bercées par l’océan Pacifique. Sur ce territoire, quelques collines rocheuses imposent leur rugosité, et y édifier des villas peut relever de la gageure !

Pourtant, certains quartiers ont émergé et des demeures ont trouvé place entre les blocs de pierre, grâce au génie de certains architectes, à l’image de la Casa Lapa. Si cette construction a déjà été livrée il y a quelques années, elle mérite que l’on s’y attarde. Son concepteur, l’architecte péruvien Martín Dulanto, est un maître en la matière, et spécialisé, depuis qu’il a ouvert son agence éponyme en 2012, dans la réalisation de projets résidentiels.

« Pour la Casa Lapa, le projet cherche dès sa conception à avoir un impact minimum sur le terrain et son environnement, explique l’architecte. Dans cette optique, la maison est conçue de telle sorte qu’elle semble plus petite qu’elle ne l’est réellement. » Posée sur un terrain de 500 m2, qui avait été préparé au préa- lable, la villa compte près de 320 m2 habitables sur trois niveaux. Le premier abrite notamment une chambre de service avec sa salle de bains, des places de parking et surtout la base d’un escalier jaune orangé, véritable colonne vertébrale du projet. Sculptural et de forme libre, il se déploie entre la maison et le terrain reliant tous les étages entre eux.

La pièce de vie, quant à elle, occupe le second niveau, et le dernier étage enferme notamment les espaces privés : quatre chambres, chacune avec sa salles de bains, dont la suite parentale. La Casa Lapa, marquée par une boîte blanche et du béton, vient s’intégrer parfaitement entre les rochers, visibles depuis certains endroits de la maison, notamment depuis l’immense pièce de vie où l’un des côtés entièrement vitré donne directement sur la pierre. En face, elle ouvre sur une terrasse avec piscine, et surtout elle profite de vues superbes sur l’océan…

D’ailleurs, Martín Dulanto a pensé la disposition des volumes en fonction de ce panorama majeur, dont jouissent aussi deux chambres, protégées du soleil et des regards par un treillis d’aluminium en façade. Dans l’espace à vivre, où se côtoient le salon, la salle à manger et une cuisine linéaire, l’architecte a souhaité gommer la frontière entre le dedans et le dehors, en ouvrant deux côtés avec des parois de verre du sol au plafond. Le sol en pierre à l’intérieur se poursuit aussi à l’extérieur et entoure la piscine aux formes courbes… Ainsi, depuis le salon ou la terrasse, les propriétaires peuvent se poser et contempler la nature environnante… Un projet contemporain réellement subjuguant !

 

 

www.martindulanto.com

© Juan Solano

 

 

   Retrouvez l’article complet dans notre Artravel N°87

Disponible sur notre boutique– 12 € (frais de port compris)

Partager