Adiposité

Sous ses aspects de tour de fer imprenable, le dernier projet en date de l’agence sud-africaine Nico Van Der Meulen dévoile des atouts incomparables d’architecture. Zoom sur la maison Kloof, une demeure du troisième type.

Du haut en bas, des pièces de vies aux parties plus privées, tout, absolument tout, s’ouvre sur l’extérieur pour offrir des vues parfaites sur les jardins de la maison Kloof. Dernier projet en date de l’agence sud africaine Nico Van Der Meulen (nous en avions déjà parlé dans notre numéro 62 d’Artravel), la maison Kloof confirme ce que nous évoquions alors : une architecture de haute voltige, un soin particulier pour les détails et surtout, cette incroyable passion pour la construction intégrée. Et avec la maison Kloof, rien de tout ceci ne semble jamais avoir été plus vrai.

Fruit d’un projet de rénovation mais aussi d’agrandissement, l’ancienne maison de plain-pied se voit aujourd’hui adoubée de nouveaux espaces qui poussent ses limites, un peu plus loin, un peu plus haut. Construite en structure métallique de couleur noire, la nouvelle carapace vient lourdement couvrir l’ancienne demeure pour lui offrir des formes nouvelles, aux contours plutôt singuliers. Si de prime abord, la cuirasse ébène semble dominer et même écraser la construction, il en ressort, à la lecture des détails, un concept beaucoup plus raffiné qu’il n’y paraît. Agencées pour équilibrer la réalisation, les pattes épaisses de métal viennent en effet contre-peser les fantasmes d’ouverture totale de la maison sur son environnement. De compacte, la nouvelle structure de fer passe alors à rassurante, semblant protéger cette liberté d’espace, des énigmes du monde extérieur.

À l’intérieur, l’agence Nico Van Der Meulen a poursuivi son ouvrage sur la même ligne, utilisant le béton comme connecteur entre les deux mondes (intérieur/extérieur). Ainsi donc les sols de ciment des pièces du rez-de-chaussée se poursuivent-ils sans discontinuité, des salons ou cuisine, jusque vers les terrasses et autres paliers du jardin. Grâce à un système de portes pliantes, les baies vitrées, qui se rabattent complètement, concourent elles aussi à offrir à la vue un paysage sans obstruction. Ce sera enfin à la lumière, et à ses arrangements, d’apporter le coup de grâce. Tout comme ce bois qui couvre les murs du vaste lobby, la lumière est ici utilisée pour apporter aux poutres de métal une note de légèreté. Poussant les regards vers des « zones de confort », elle corrige les aspérités anguleuses du fer en les adoucissant, ou détournant carrément, les angles d’intérêt.

Parée de ces atouts d’architecture, la maison peut alors s’ouvrir à la vie d’une famille et de ses deux enfants. « […] Notre agence dessine avant toute chose des maisons à vivre, des lieux hautement fonctionnels », nous rappelait (voir numéro 62 d’Artravel) Nico Van Der Meulen. Un précepte à nouveau appliqué à la maison Kloof qui, au-delà de sa bien intrigante structure de linteaux d’acier noir, montre une fois encore, un espace charpenté pour le mouvement et les flux, dedans-dehors ; une maison taillée pour la vie.

www.nicovdmeulen.com

 

A propos de l'auteur

Fabienne Dupuis
Journaliste
Google+

Membre de l’équipe d’Artravel depuis ses tous débuts, Fabienne est journaliste spécialisée dans les domaines du voyage, design, architecture et art de vivre. Passant le plus clair de son temps à parcourir le monde, Fabienne apprécie tout autant les aventures sur de longues routes poussiéreuses que le confort raffiné de quelques adresses confidentielles. Ses armes ? La littérature européenne du XIXème siècle, des écrits sur l’art et les voyages ou encore quelques publications géopolitique… mais surtout une inlassable curiosité qui lui permet de renouveler ses sources d’inspiration. Après dix années passées à Londres, Fabienne vit aujourd’hui à Paris. Fabienne Dupuis contribue entre autres aussi aux pages du news magazine en ligne de langue anglaise, YourMiddleEast.com.