Sereine retraite.

L’architecte italien Jacopo Mascheroni dévoile son dernier projet, une maison installée sur la côte de la région de Venise, qui se vit tout autant dedans que dehors.


Jesolo-Lido-Pool-Villa-Venise
JLPV_exterior
JLPV_salle-a-manger
JLPV
JLPV
JLPV_living-room
JLPV_bathroom

Nous avons déjà parlé du talent de cet italien (voir Artravel numéro 43) qui, en quelques années seulement, s’est placé sur le rang des grands maîtres de l’architecturale mondiale. Grâce à une approche méthodique de la réalisation, Jacopo Mascheroni a ainsi rapidement rejoint le groupe des grands architectes qui ont marqué l’histoire de leur empreinte. Avec l’une de ses dernières réalisations, la maison Jesolo Lido, l’architecte remet le couvert et d’offrir aux heureux propriétaires une superbe maison en bord de mer. Dans la petite commune de Jesolo, le Lido est l’endroit le plus prisé. C’est ici, que quelques âmes fortunées viennent se repaître de leur année toujours trop forte en émotion. Le Lido, avec ses plages privées, ses transats alignés et ses cocktails de fruits frais, n’a rien à envier aux autres plages que les jet-setters du monde entier se partagent. Ici aussi, on jet-skie toute la journée, on sirote ses mixs et l’on bronze tout doré avant de reprendre le chemin de la citta.
Aussi préservée soit-elle, la côte a pourtant comme ailleurs donné un peu de leste sur les constructions, et les rares nouvelles bâtisses autorisées à être érigées doivent faire montre d’ingéniosité pour s’inscrire dans le milieu naturel et éviter les regards trop indiscrets.
Pour la villa Jesolo Lido, Mascheroni a donc fait le choix d’une maison tournée vers ses enceintes privées. Deux jardins aux tailles bien différentes, qui permettent aux hôtes de se promener sur une surface limitée mais à l’abri des regards. D’un côté, ce sera un endroit de repos où l’on parque aussi en contrebas les voitures, puis de l’autre, la pièce maîtresse, la piscine qui couvre sur presque toute sa longueur la distance qui la sépare du mur d’enceinte. Une belle surface donc qui abrite aussi une maison disposée en L, avec, en bâtiment principal, les pièces de vie aux pans de verre : cuisine et espace déjeuner, mais aussi salons de repos et de dîner, sont les pièces qui forment à elles seules le corps principal de cette maison de bord de mer. Ouverte sur les deux jardins, un à l’avant, l’autre à l’arrière, cette partie de la maison se vit en un flux limpide.
Les hôtes y vont et viennent, dedans et dehors, comme si n’existait aucune obstruction, aucun obstacle, feignant la légèreté d’une vie sans entrave, profitant tout autant de l’air marin que des espaces abrités.
Mais dans l’aile de la maison Jesolo Lido, celle qui contient les chambres, Jacopo Mascheroni a changé la donne et le ton pour permettre d’y vivre parfaitement à l’abri. Une discrétion faite de murs épais dans lesquels des saillies, comme les meurtrières d’un château fort, ont été dessinées pour jouir tout autant de la lumière du jour que pour entrevoir, sans véritablement être vu, ce qui se passe en terrasse. Ce choix conscient d’un équilibre entre espaces ouverts et intimité cosy, permet alors aux hôtes de vivre leur maison au gré de leurs besoins et de leurs envies ; un équilibre serein chargé d’élégance et d’atemporalité qui (re)donne à l’architecture toutes ses lettres de noblesse.

www.jma.it
Retrouvez l’article complet dans Artravel Méditerranée 2014.