Deuxième vie

La jeune agence d’architecture californienne Ras-a a été choisie pour les travaux de réhabilitation d’une maison des années 60, signée par le très iconique Pierre Koening. Entre pression et vision, histoire d’une rénovation délicieusement réussie.

Années fleurs et psychédéliques, les années 50 et 60 sont pour l’architecture, celles du fonctionnalisme et de l’utilisation de nouveaux matériaux de construction. Jeune architecte à l’époque, Pierre Koening prend part aux innovations qui tentent de redéfinir l’habitat et l’art de vivre. Après un premier passage en agence, le jeune diplômé décide de bâtir sa propre maison dont il dessine la structure armée de poutres d’acier… C’est la révolution, et à la maison Lamel, quelques années plus tard de faire la une de la presse internationale ! Véritable révélation, Pierre Koening devient presque instantanément la référence d’une architecture nouvelle, élégante, légère et diablement sexy. Si Koening ne produira finalement que peu de projets, il reste pourtant encore sur cette côte californienne quelques maisons qui portent son nom, passées aujourd’hui véritables objets de culte.

Récemment, c’est à la jeune agence californienne, Ras-a Inc, qu’est revenu le contrat de rénovation d’une des créations de Koening : la maison Henbest, que l’architecte a construite en 1966. Postée sur les hauteurs d’une petite ville située en proche banlieue de Los Angeles, Rancho Palos Verdes, la maison domine la baie pour offrir des vues sans limite sur les côtes de l’océan Pacifique. À l’intérieur, la résidence Henbest est restée peu ou prou comme l’avait dessinée Koening, selon les codes et modes de vie qu’exigeait alors l’époque.

C’est donc un travail de mise à jour, de rénovation mais aussi d’extension que la nouvelle équipe de Ras-a Inc a mis en place. Comme cette allée autrefois murée, mise à distance, qui emportait les visiteurs tout autour d’un jardin central avant de les mener vers la porte d’entrée de la résidence. Aujourd’hui, entièrement dégagée d’obstacle, elle est, de fait, naturellement reliée à la propriété et s’appréhende comme la véritable extension ouverte de la maison Henbest. Côté jardin, les plans d’une piscine, alors imaginés par Koening, ont été réhabilités ; la mare et la pergola, installées quelques années après la construction d’origine, ont disparu. À la place donc, un bassin bleu, qui annonce déjà les flux de l’océan que l’on aperçoit au loin, et dont les eaux se déversent paisiblement vers un autre bassin, peu profond, situé en amont, à quelques pas seulement de l’entrée de la maison.

On y pénètre ainsi, après la terrasse, par ces grandes baies vitrées qui ont aujourd’hui remplacé les murs qui tronquaient la vue sublime vers l’extérieur, tandis que les pièces de vie, à l’intérieur, ont-elles aussi été relevées de leurs parois pour devenir un seul et même espace où cuisine, salle à manger et salon vivent enfin à l’unisson. À côté, la chambre principale a emboîté le pas sur une petite pièce voisine pour pousser son confort un peu plus loin et à nouveau d’offrir une surface plus ouverte, plus amène, plus sereine. Seul ajout notable à ce travail de réhabilitation, l’ancien garage, que l’on a aujourd’hui relié à la maison pour devenir au passage une chambre d’amis, incluse dans l’ensemble résidentiel. Un ensemble remis au goût du jour et aux modes des normes, qui permet à la maison Henbest de poursuivre son œuvre d’une habitation à vivre, dans sa version 2000.

www.ras-a.com


Retrouvez l’article dans notre Artravel n°69 – Spécial Habitat

Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)

Partager