Unité exemplaire

Après son White Loft (voir Artravel n° 61), l’agence Mayelle Architecture Intérieure et Design, installée à Villeneuve-d’Ascq près de Lille, revient sur le devant de la scène avec cette habitation lilloise contemporaine, lumineuse, ouverte et cohérente. Et ponctuée de traits d’union entre le passé et le présent.

Dès le premier regard, cette habitation du Vieux-Lille de 360 m2 avec jardin, dont la restauration a été achevée cette année, nous séduit… Pour ses volumes parfaitement imbriqués les uns dans les autres, pour ses intérieurs immaculés dégageant douceur et sérénité, pour ses éclairages soignés, pour sa décoration contemporaine et son mobilier design, pour ses matériaux et pour ses références au passé… « Au départ, les propriétaires m’ont seulement demandé de retravailler la cuisine, une pièce assez noire, raconte l’architecte d’intérieur Luc Mayelle, auteur de cette métamorphose. Mais j’ai également mis le doigt sur certaines incohérences et ils ont décidé d’effectuer une refonte totale de la maison. » Et carte blanche lui fut donnée pour ce projet aux plans singuliers !

En effet, deux maisons, jadis séparées par une rue pavée et réunies il y quelques a années, forment cette demeure. Avec, en guise de transition, une zone surmontée d’une verrière que Luc Mayelle a repensée pour davantage de fonctionnalité et d’équilibre. Dans les autres parties de la maison, il a aussi éclairci et décloisonné les espaces et a fluidifié les circulations. Une évidence qui se lit dès que l’on y pénètre avec un hall isolé par un meuble dressing permettant de se protéger de l’agitation de la rue. Conçu sur mesure par l’architecte, il se fond dans le décor comme tout le mobilier intégré blanc qu’il a dessiné : la cuisine, le dressing, la bibliothèque avec cheminée, les lits de l’alcôve abritant la chambre d’amis, le meuble cachant le téléviseur… De belles perspectives s’offrent ensuite à nos yeux. Le salon du rez-de-chaussée, très éthéré, est animé par de nouvelles moulures au plafond évoquant le cachet des maisons anciennes, par un parquet d’origine restauré et teinté, par un meuble bar et un meuble TV, par des fauteuils RAR des Eames (Vitra) et le somptueux canapé Tufty-Time de Patricia Urquiola (B&B Italia) blanc… Une pièce forte que l’on retrouve également dans le salon de l’étage et qui, à elle seule, sublime la pièce. Apparaît alors une pièce maîtresse : l’escalier, placé sous la verrière et dans ce volume qui dévoile les briques des anciennes façades et un grand mur paré de miroirs de 6 mètres de haut. Pourvu d’une main courante lumineuse, il mène à l’étage et à la cuisine blanche sur mesure jouxtant d’un côté le coin salle à manger très clair sous la verrière, de l’autre, le deuxième salon. Ce dernier abrite également un escalier métallique hélicoïdal semblant flotter dans le vide… L’ultime niveau abrite seulement les chambres des enfants et un petit salon vidéo. Quant à la chambre parentale, au rez-de-chaussée, elle ouvre sur une terrasse et un jardin avec dépendance – le bureau du propriétaire aux allures de cabinet de curiosités. Cette suite au décor épuré jouit aussi d’un aménagement savamment étudié.

Luc Mayelle a réinventé de manière contemporaine, et avec talent, cette demeure lilloise tout en lui conférant harmonie et magie, sans gommer l’héritage du passé. Un bel exercice de style.

 

www.mayelle.com