Les architectes du Studio Ramos ont dessiné les écuries du joueur de polo argentin Nacho Figueras. Découpage d’un projet équestre de haute voltige.

Ici le mot résonne comme l’écho. Celui du vent qui souffle souvent sur les terres de Las Pampas, cette grande région d’Amérique du Sud qui couvre le nord-ouest de l’Argentine pour terminer jusque dans le sud du Brésil.
De cette terre fertile, les Argentins sont plutôt fiers. Terre agricole par excellence, la pampa est aussi celle des éleveurs de chevaux qui amènent ici leurs bêtes pour prendre repos
et paître calmement l’herbe pérenne qui couvre ses immenses et imperturbables prairies.
C’est au cœur de ce paysage si particulier que le joueur de polo argentin, Nacho Figueras, devenu éleveur – également figure de proue de la ligne Black Label chez Ralph Lauren
à ses rares heures perdues –, a souhaité faire bâtir ses écuries. Un édifice qui pourrait accueillir quarante-quatre box en plein cœur de cette région sans égal. Confié aux architectes du Studio Ramos, le projet est aujourd’hui devenu une réalité de taille. Composés de deux bâtiments qui couvrent une surface totale de 3 850 m2, et s’étirent sur plus de 180 mètres de long, les Caballerizas de Polo Figueras sont une véritable curiosité, une destination, qui offrent une sublime versatilité d’usage, insoupçonnable à première vue, grâce, entre autres, aux murs autoporteurs qui ont été, ici et là, ajoutés au cœur du site. Elevé sur un seul étage au-deçà de la ligne d’horizon, le projet s’inscrit alors parfaitement dans un environnement naturel qui justifie pleinement l’intention.

Plus encore, les architectes ont couvert leurs deux bâtiments de toits végétalisés qui entérinent le choix d’intégration architecturale. Là-haut, les herbes sauvages, natives des plaines de Las Pampas, contrastent élégamment avec l’harmonie ordonnancée du gazon des écuries. Quelques élévations douces et naturelles permettent l’accès aux toits d’où l’on peut observer les matches de polo et la nature environnante.
Autour, quelques plans d’eau apportent la touche de pureté et consonance, nécessaire au travail laborieux des éleveurs. Véritables connecteurs architecturaux, ces plans d’eau sont aussi ceux qui rompent délicatement le silence de la végétation herbacée, pour offrir un ensemble subtilement déstructuré.

Pour ce travail d’ancrage, les architectes ont aussi fait le choix de matériaux qui portent tout autant les valeurs environnementales du projet que celles de l’esthétisme. Ainsi, béton brut et bois recyclé parent discrètement les deux édifices, sans jamais venir chamailler un environnement divinement serein.
Un équilibre fin et délicat et dont seul le temps dira, si Las Caballerizas de Polo Figueras méritent ou non, la palme d’une architecture magnifiquement réussie.

www.ramosarq.com

Photos : © Daniela Mc Adden, © Matias Lix Klett, © Celeste Najt.


   Retrouvez l’article dans notre Artravel n°80 – Indoor Outdoor 


Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)

 

Partager