Temps suspendu

 Au nord d’Auckland dans la région de Kaiwaka, Eyrie Houses, deux cabanes conçues par le cabinet Cheshire Architects, présentent une autre alternative à l’habitat bord de mer traditionnel, en osmose avec l’élément nature.

Profiter de moments privilégiés en tête à tête avec la nature pour se retrouver… Fuir l’agitation urbaine et savourer la sérénité d’un paysage tout juste troublée par le bruit du vent ou des flots voisins… Vivre l’expérience « Eyrie Houses », c’est tout cela à la fois.

Et pourtant le projet a failli tomber à l’eau, et le cabinet d’architecture a dû plaider sa cause pour le mettre en œuvre ! Car l’acceptation de leur permis de construire a suscité quelques polémiques, alors que non loin de là, la construction d’un complexe hôtelier de 1 500 m2 était autorisée. Pourquoi ? « Parce que les règles d’urbanisme local ne permettaient la construction que d’un seul bâtiment », raconte Nat Cheshire, co-dirigeant du cabinet d’architecture avec son père, Pip. Quel paradoxe !

Finalement accepté, le projet de ces deux cabanes en bois a pris forme.

« Nous souhaitions exprimer une vision différente de l’avenir du littoral de la Nouvelle-Zélande avec des bâtiments à l’échelle radicalement différente de celle des maisons de vacances du pays »

Et le pari est réussi, avec un supplément d’âme en sus et beaucoup de poésie. Malgré leur apparente modestie, chaque cabane de 29 m2, pourvue d’une chambre en mezzanine, offre tout le confort nécessaire à ses occupants. Et surtout ce luxe de la quiétude qui saisit les propriétaires lorsqu’ils quittent la ville pour investir leur logement… D’une élégante sobriété, les intérieurs aux parois foncées ne souffrent d’aucune surcharge et mais cachent cependant un daybed signé Donald Judd et une petite chaise Alvar Aalto qui côtoient une table de ferme…

 

www.cheshirearchitects.com