Au commencement, un étrange jeu de construction multicolore envahit l’espace de la pensée immédiate. Puis, on s’attarde et les nuances, les transparences et enfin une troisième dimension s’acheminent vers l’œil. On est pris au piège des propositions picturales faites par Arthur Dorval.

Il ne suffit pas de naître dans une famille où l’art est présent partout pour être artiste. Il faut que cela soit une nécessité, l’unique choix possible. Nul doute que ce fût le cas pour le peintre Arthur Dorval. Ce fils de galeristes et ancien élève de la prestigieuse école d’Art de Saint Luc à Tournai a fait ses classes, s’est nourri des enseignements des plus grands peintres abstraits. « Dans la multitude de chocs artistiques qui se sont succédés pendant mon enfance, de Sonia Delaunay à Vasarely en passant par Herbin, Poliakoff, Kijno et Jenkins, c’est toujours la couleur qui me fascinait. Dans toutes ces œuvres, la lumière était fantastique », confie-t-il. À l’instar de ces illustres maîtres, de ces penseurs férus d’art et de science, Arthur Dorval conjugue les illusions optiques, les possibilités infinies contenues dans les formes géométriques parfaites et s’abandonne à la poésie mathématique. « La réalisation de mes œuvres demande de la patience, poursuit-il. Je suis toujours étonné par le résultat. Parce qu’au départ, ce ne sont que des lignes qui se touchent. »

À l’heure où l’on se plaît à compartimenter les disciplines, il transforme les codes, s’empare de la ligne droite et permet le jaillissement d’une beauté cachée au-delà de la rigidité de la forme connue. Arthur Dorval confesse volontiers une fascination pour la couleur. Il la manipule en expert sur ses toiles, fouillant savamment toutes les nuances d’une même tonalité. Son art consiste à piéger la dimension sculpturale au moyen de savants aplats de couleurs. L’approche architecturale se fait au moyen de complexes pliages de papier, origamis singuliers qui permettent à l’artiste de comprendre et d’étudier le volume dans l’espace.

De ces processus précis, par-delà les frontières artificielles posées entre mathématique et création, naît une jubilatoire « éclosion géométrique».

www.arthurdorval.com

www.ventedart.com

www.davidblochgallery.com

www.groundeffect.fr

www.galerie-trocmez.fr

Photos: DR

 

 

 

 Retrouvez l’article complet dans notre Artravel n°88 : Été Indien

Disponible sur notre boutique– 12 € (frais de port compris)

Partager