D’aucuns le disent, la grande surprise du Salon de Francfort cette année fut sans aucun doute conduite par la marque à l’hélice. BMW, qui devait là annoncer sa nouvelle Série 4 – Coupé et Gran Coupé et une i4 chaudement attendue, puisque 100 % électrique –, a répondu par un Concept 4 qui amorce l’entreprise.

Que faut-il retenir de ce Concept 4 du constructeur allemand ? Tout d’abord un design qui va dans la droite lignée de l’ADN de la marque. Un projet cohérent qui prolonge, sans renier, son héritage. Et puis il y a ces roues, immenses, de 21’’, et ce porte-à-faux raccourci qui lui confèrent l’allure d’un chariot de feu plutôt gourmand, qui donnent envie de croquer la route à vive allure. À l’arrière, les ailes, taillées au plus court, interrompent toute discussion pour offrir des lignes profilées qui laissent courir le vent derrière elles.

Mais surtout, il y a cette poupe. Rebondie, grasse et généreuse, juste ce qu’il faut pour amadouer les plus rétifs, qui affiche sa nouvelle calandre, le « double haricot » de la marque, avec une fierté peu feinte. Sertis de diamants de métal, les voraces naseaux en heptagone montrent une hauteur qui n’est pas sans rappeler quelques classiques de la marque, les BMW 328, coupés sportifs des années 30, et la 3.0 CSi, modèle construit entre 1968 et 1975.

Un clin d’œil qui fait le grand écart entre les époques, mais un clin d’œil seulement car on ne peut se méprendre sur les intentions sportives de la BMW Concept 4, ses courbes fuselées, son châssis qui frôle les terrains et ses lignes épurées qui marquent toute la modernité de ce nouveau concept-car. 

www.bmw.fr

Partager