Quand le chalet se fait palais

Laissant libre cours à leur imagination, les architectes Humbert & Poyet jouent la démesure somptueuse. Visite d’un nouveau chalet haute couture à Gstaad.

L’architecture traditionnelle de ce chalet de 600 m2 est conservée pour la charpente : un extérieur imposant mais classique qui s’inscrit aristocratiquement, à Gstaad, dans son environnement alpin. Mais les intérieurs vont, eux, jouer la carte d’une modernité orgueilleuse et convaincante : entièrement dessinés par les architectes Humbert & Poyet dans des matériaux bruts, métamorphosés, pour un résultat d’exception paradoxale. Le cahier des charges : un lieu unique jusque dans ses moindres détails. Le challenge est d’autant plus passionnant qu’il n’autorise aucune erreur, même discrète, sur trois niveaux résidentiels. Une carte, certes blanche, mais une seule carte pour Emil Humbert et Christophe Poyet : magnifier chaque élément dans une séduction globale incontestable. Le choix se porte sur des matériaux bruts traités de manière contemporaine et intemporelle. Une juxtaposition de matières finement choisies respecte l’identité de la structure et de l’environnement extérieurs. Nos architectes misent sur la rencontre des bois anciens et de matériaux nobles, pour un contraste graphique et épuré.

Ces bois sont récupérés dans de vieilles fermes abandonnées, puis poncés et carbonisés. Le marbre, le bronze, le laiton, les fourrures, le velours ou le cachemire viendront accentuer luxe et volupté de leurs couleurs claires ou chaudes. L’escalier sera central, chef d’orchestre dans la distribution des espaces sur les trois niveaux. Une cage verticale de bois et de laiton dont l’élégance graphique éclot dans le dessin de Humbert & Poyet. Le contour est en lame de mélèze ancienne, le sol en chêne teinté noir avec insert en laiton et les nez de marche en pierre bleue du Hainaut. Le salon interprète la symphonie au sol, par le contraste du chêne teinté sombre avec les paysages enneigés environnants. La cheminée, thème central, sur mesure, joue la pierre bleue, et la lame de mélèze ancienne. Le style épuré est en synchronisme parfait entre la tradition et le moderne. Les pieds des canapés de chez Casamance répondent en écho aux tables basses dorées en laiton poli et martelé. Tous les meubles ont été dessinés par Humbert & Poyet. Les tissus et fourrures d’exception, tout comme les œuvres d’art interprètent les mouvements de couleurs plus profondes.

Du mobilier vintage a également été chiné par les décorateurs pour parfaire l’harmonie. La mélodie, dans la salle à manger, célèbre la puissante note rouge d’un tableau avec la note bleu canard des chaises, Eero Saarinen, l’Atelier 55. Les luminaires, eux, reprennent les notes d’acier laqué et de marbre ou de laiton poli : lampadaire « Stilnovo » de l’Atelier 55 ; suspension, dessinée par Humbert & Poyet en laiton poli et albâtre ; appliques teintées noir et albâtre selon un dessin des architectes. Dans les chambres, la sérénade reprend le couplet bois, tissus, fourrures et luminaires dans cette fausse modestie d’une réussite mise en scène. Dans les salles de bains, marbres, laiton brossé sont montés en gamme par les laques bleues… Cette œuvre architecturale résonnera dans votre mémoire comme l’opéra Tannhäuser de Wagner, l’ensemble d’un lyrisme flambant, de chœurs majestueux et d’amples mélodies qui résonnent avec la foi des bâtisseurs..

 

“ Le cahier des charges : un lieu unique jusque dans ses moindres détails. Le challenge est d’autant plus passionnant qu’il n’autorise aucune erreur, même discrète. ”

 

www.humbertpoyet.com


       Retrouvez l’article dans notre Hors-Série Le Meilleur des Alpes 2018


Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)

Partager