La décoratrice Stéphanie Coutas invente des intérieurs privés cousus sur mesure et ultra luxueux conjuguant mélanges audacieux de matériaux, matières nouvelles, art contemporain, meubles et détails sophistiqués. Des réalisations haute couture qui ont assis sa réputation partout dans le monde.

Stéphanie-Coutas-portrait

Stéphanie Coutas nourrissait le désir de travailler dans la mode… Devenue styliste, elle fonde très jeune son entreprise et dessine des robes de mariées. « Mais j’avais aussi toujours rêvé de faire des maisons, raconte-t-elle. Depuis l’enfance – passée notamment en Asie –, j’ai toujours beaucoup voyagé. Chaque maison était une nouvelle histoire. Les collections de mode avaient un côté éphémère, contrairement à la réalisation d’une maison. En 2005, j’ai décidé de m’exprimer dans cette nouvelle discipline et j’ai créé mon agence d’architecture intérieure. Et nous avons eu beaucoup de chance ! » De la chance, peut-être, mais du talent surtout ! La décoratrice d’une quarantaine d’années, entourée d’une quinzaine de collaborateurs, multiplie les projets d’habitations privées où elle dévoile des « intérieurs néoclassiques et contemporains sur lesquels plane la poésie d’aujourd’hui ». Le raffinement et le luxe comptent parmi les autres constantes de cette agence parisienne, qui fait également appel aux meilleurs savoir-faire français pour sublimer les demeures et appartements qu’on lui confie en France et à l’étranger.

 

Mariant lignes épurées et décors spectaculaires, les réalisations de Stéphanie Coutas brillent également par un choix singulier de matériaux et de matières. « J’aime les mélanges de matériaux, par exemple les chromes avec des laitons. J’adore également les matières un peu mates, les marbres, le bronze martelé, l’une des signatures de l’agence. »
N’oublions pas, non plus, sa capacité à introduire des oeuvres d’art contemporain dans les intérieurs… L’un de ses derniers projets à Cannes, un penthouse de 330 m2 donnant sur la Croisette livré cette année, n’échappe pas à ces règles. Cet appartement d’exception montre d’emblée, dans la pièce de réception, deux oeuvres monumentales qui se répondent : une sculpture de Pascal Haudressy en marbre blanc et un bonbon noir de Laurence Jenkell. « Le client souhaitait un appartement contemporain dans un esprit bord de mer, avec une atmosphère luxueuse à l’image d’un hôtel 5 étoiles », explique Stéphanie Coutas. Ici, le marbre, l’albâtre, les bois précieux et le cuir, traités de façon très moderne, ajoutent une touche supplémentaire de luxe. Tout comme cette cascade de gouttes en cristal Swarovski qui donne du rythme à l’espace. Et nous fait oublier, comme le sol graphique et l’éclairage du plafond très travaillé, le manque de hauteur de ce dernier. L’art de contourner les défauts et de les embellir… Quant aux détails, ils sont partout, à l’image des poignées en bronze martelé d’une immense porte coulissante dans un hall.

 

Architecte-Stéphanie-NY

 

Si certains mobiliers et luminaires proviennent d’éditeurs réputés (Tom Dixon, Minotti, Molteni, Knoll, Vitra, etc.), un grand nombre de pièces a été dessiné par la décoratrice elle-même, puis achevé par de belles maisons. Oui, Stéphanie Coutas excelle aussi dans le domaine du design. « Depuis deux ans, nous avons commencé à dessiner des collections. Nous travaillons actuellement sur l’univers de la salle de bains pour THG, avec des créations que nous sortirons en 2018. Nous avions aussi dessiné un très joli lustre avec Baccarat. » Ce lustre, on peut l’admirer dans le salon de son nouvel appartement, place des Etats-Unis à Paris. Un intérieur dans lequel elle a osé confronter différents sujets avec un goût évident. Dans ce même espace, se côtoient une pièce monumentale réalisée avec Baccarat et suspendue à un plafond pensé spécialement pour l’accueillir, des canapés fabriqués par B&B Italia qu’elle a désignés, des tables d’appoint vintage des années 1950 en métal et céramique, un tapis à motifs conçu avec Tai Ping, les céramiques de Robert Combas, une sculpture d’Arik Levy, etc. Et les étonnants tableaux de l’artiste The Kid pour lequel elle a eu un « coup de foudre », et qui semblent flotter dans l’espace…

 

Les dressings imitent des boutiques avec leur meuble central ; dans un autre volume, pour accueillir une collection de céramiques, elle a inventé un mur bibliothèque noir veiné, « une nouvelle finition de placage de bois avec un vernis grand brillant » ; entre la salle à manger et la cuisine, un mur miroir abrite une installation vidéo projetant un requin en 3D semblant nager ; la tête de lit de la suite parentale se pare d’un cuir capitonné ponctué de motifs… « J’aime travaillerle cuir ou le tissu sur les murs des chambres, complète-t-elle, cela apporte un sentiment de confort et d’enveloppement. » Partout, du sur mesure, des détails inouïs, des textures nouvelles et une élégance folle !
Prochainement, elle s’illustrera dans l’hôtellerie. « Nous sommes en train de concevoir deux hôtels à Paris qui devraient ouvrir début 2018. Le premier, Le Studio, se trouve dans l’ancienne Fédération du prêt à porter rue de Caumartin. Il s’agira d’un petit établissement de 33 chambres avec une décoration autour de la mode, en lien avec l’histoire du bâtiment, révèle Stéphanie Coutas. L’ambiance sera un peu pop, joyeuse et très fashion avec beaucoup de tissus différents. L’autre, Le Drouot Gallery, rue Drouot, comportera 37 chambres. Le thème était tout trouvé, mais il sera largement revisité. »
À suivre…

www.stephaniecoutas.com

 


Retrouvez l’article dans notre Artravel n°72 – Spécial Habitat

Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)