Pour créer un vocabulaire propre à cet appartement lyonnais, la décoratrice Claude Cartier a déployé toute une panoplie d’idées aussi « chic et charme » qu’audacieuses et poétiques. Avec un éclectisme savamment maîtrisé et assumé qui marque sa différence.

 

Si certains lieux sont riches d’une histoire forte, cet appartement de 160 m2 dans le VIe arrondissement de Lyon ne comportait pas de caractéristiques notables… À part, sa terrasse couverte peut-être, et son emplacement évidemment. Aussi, lorsque Claude Cartier, en collaboration avec l’architecte d’intérieur Fabien Louvier, commence à réfléchir à la décoration de l’endroit, elle a conscience qu’elle doit lui insuffler un nouveau langage. « Nous avons eu carte blanche pour ce projet où nous avons, entre autres, effectué un important travail sur les matières », témoigne-t-elle.

« Au sein de Claude Cartier Studio, explique la fondatrice de l’agence lyonnaise, nous aimons autant les éléments cartésiens et équilibrés que les ruptures très audacieuses et la fantaisie. » Un principe que la décoratrice a sans aucun doute appliqué ici, notamment avec ce mélange de plans calmes et de séquences dynamiques, comme ces envahissements de papier peint qui rythment l’appartement.

La pièce de vie, abritant salon, bureau et salle à manger, Claude Cartier l’a imaginée en toute liberté. Pour la structurer, une touche de bois clair vient souligner les plafonds tout en faisant écho au bois d’origine de la terrasse, limitant ainsi la frontière entre l’intérieur et l’extérieur. Côté salon, le canapé blanc cassé en peau Damasco de Paola Navone (Baxter), disposé derrière des panneaux de laque décoratifs qui cachent des portes à galandage, invite au confort douillet. Une petite banquette en velours vert d’Antonio Citterio (Flexform) voisine avec la sublime table d’appoint Bell Side de Sebastian Herkner (ClassiCon). Pour le tapis, elle a opté pour le modèle Eyes in Chains de Federico Pepe (cc-tapis) pour « son côté Art décoratif et graphique, ainsi que ses notes de rouge et d’orangé ». « Je suis passionnée de tapis, ajoute-elle. Je trouve que cela donne des directions stylistiques importantes. » Claude Cartier possède un talent fou. Et son art du mix and match nous éblouit, une fois encore, par sa singularité, mais aussi sa justesse. Qui risquerait, comme elle, ces notes puissantes de papier peint (Jungle de Tiphaine de Bodman, Petite Friture) qui épousent certains contours de la pièce de vie ? Qui inventerait ces bibliothèques pivotantes du bureau qui se métamorphosent selon les ambiances, studieuses ou décontractées ? Rien que des détails identitaires qui donnent un vrai caractère au projet !

 

Le bleu joue ici aussi plusieurs partitions. Tantôt « aqua », parfois plus sombre, la teinte accompagne les hôtes, du salon aux pièces de nuit, tout en se faufilant habilement. La décoration de la chambre n’échappe pas à cette règle et dévoile une atmosphère bleutée très cocooning et raffinée qui sublime le songe. Avec pour parfaire l’ensemble, d’élégantes associations de matières, de meubles et de luminaires : papier peint Équateur (Hermès), tabouret Dam de Christophe Delcourt (Collection Particulière), miroirs (Ochre), etc. De l’aventureux, un brin de sagesse et de douceur, du chic, du précieux, de l’équilibre, quelques grammes d’émotion et de poésie… Serait-ce les ingrédients du succès ? Difficile de l’affirmer précisément. Les grands chefs ne livrent jamais tous leurs secrets. Mais leurs créations sont toujours exquises…

 

Appartement en couverture d’Artravel n°72.

www.claude-cartier.com


Retrouvez l’article dans notre Artravel n°72 – Spécial Habitat

Disponible sur notre boutique – 10 € (frais de port compris)