À l’heure où l’agence d’architecture grecque K-Studio dévoile l’un de ses derniers projets, zoom sur une jeune équipe qui aime relever les défis.

Deux énormes plans plats semblent jaillir de la colline, offrant à qui s’installerait dessus une vue sans pareil sur la côte, et profiterait dessous d’un ombrage des plus exquis. Ce sont ces deux larges surfaces planes qui finalement définissent formellement la maison « Plane », œuvre récente des jeunes architectes de l’agence, Konstantinos et Dimitris Karabatakis, située sur l’île de Skiathos en Grèce. Des surfaces dont l’espacement varie selon le point de perspective et qui magiquement, une fois dans l’enceinte, laisse place parfaitement ouverte à la vue face à la demeure. Pour le reste, les deux jeunes gens ont inscrit la maison dans une manifestation méthodique de l’élaboration architecturale. En ceci, la maison « Plane » est dans son détail une maison complexe qui montre combien le projet a été travaillé.

Son allure faussement simple et ouverte cache en effet quelques artifices qui redorent les lettres du travail de l’architecte. Grâce à l’utilisation de panneaux amovibles mais aussi de baies vitrées gigantesques, les espaces de vie de la maison « Plane » prennent ainsi les formes et tailles que l’on veut bien leur donner. Une façon de faire évoluer sa maison au gré de ses besoins, une sorte d’architecture collaborative qui redonnerait le pouvoir à celui qui l’utilise, sans jamais pour autant empiéter sur la beauté des lieux. Une méthode faite de beau d’abord et d’un usage un peu caché.

Au regard des autres créations des deux architectes, cette méthode semble claironner comme un véritable credo : « La maison d’été n’est pas une maison fonctionnelle, c’est d’abord une belle maison. Sa beauté devient sa fonction première, son design doit provoquer la sensation de confort et d’excitation. » À eux d’en faire un objet d’usage donc. Il suffit pour cela d’observer leurs différents projets, comme la maison « Pixel », dont le dédale de pierres rappelle sans équivoque les villages de Grèce, ou bien la « Suite Home » dont les rideaux blancs diaphanes modulent à souhait l’espace ou encore la maison « M&G » dont les rampes de lumière aux plafonds et la variation des matériaux dans les blocs d’espaces ouverts déconstruisent la lecture traditionnelle.

Loin des minimalismes, K-Studio s’amuse plutôt à remplir ses espaces pour produire une émotion, de la poésie. Assumée, l’architecture ici ne s’impose pas pour dominer l’espace mais pour redonner un sens à la création. Il s’agit souvent d’ailleurs d’une création arythmique, comme dans le restaurant Oozora ou le marché Souk, qui procure la sensation de mouvements irréguliers mais maîtrisés. Un peu comme dans cette danse complexe que l’on appelle le Sirtaki, dans laquelle le tempo s’accélère progressivement, et le rythme s’endiable pour aussitôt retomber sur un pas lent et paisible.

www.k-studio.gr

Partager